Alcoolisme en France – quelles sont les statistiques ?

alcoolisme en France - Quelles sont les statistiques

Publié le : 04 janvier 20226 mins de lecture

L’alcool occupe depuis bien longtemps une place de choix dans le cœur des Français. Le vin par exemple, symbolise la convivialité entre amis ou en famille et réunit toutes les générations autour d’une même table. Anniversaires, mariages, célébrations diverses, il n’y a vraiment aucune occasion à laquelle l’alcool manque à l’appel. Dresser les statistiques de l’alcoolisme France revient donc pratiquement à questionner chaque individu, chaque famille. Où en sont les Français avec l’alcool ?

Statistiques de l’alcoolisme en France : des chiffres rassurants ?

Vins, alcools forts, liqueurs, bières, …, les préférences des Français varient suivant les régions, et leur amour pour l’alcool en général ne tarit pas. Comparés aux autres pays de l’Europe ou au reste du monde, les chiffres ne sont pas reluisants. Les spécialistes estiment qu’il faut une véritable stratégie de prévention contre l’alcoolisme en France pour éviter que les français ne sombrent dans la dépendance à l’alcool comme ce fut le cas il y a quelques décennies.

Les statistiques de l’alcoolisme France dans le nord et l’est de la métropole sont davantage inquiétantes, surtout en termes de consommation de bière. Dans le sud, ce sont les viticoles qui se frottent les mains alors que dans l’ouest, les liqueurs et autres types d’alcools forts dictent leur loi. Pourtant, globalement, par rapport aux années 60, le volume d’alcool consommé par les Français a diminué. Mais il ne reste pas moins que parmi les 34 pays de l’OCDE, la France occupe la 6e place.

En effet, si le taux de consommation régulière est de plus en plus faible, il faut noter une augmentation des consommations ponctuelles selon les statistiques de l’alcoolisme France. Chez les jeunes en outre, la consommation est en forte hausse. Chez les jeunes âgés de 18 à 30 ans, 32,5 % sont touchés par l’alcoolisme chronique en France métropolitaine. Dans les autres régions, le taux d’alcoolisme chez les jeunes de la même tranche d’âge varie entre 23,2 % et 43,5 %.

Bref, l’alcoolisme en France métropolitaine par exemple, c’est près de douze litres par an et par consommateur âgé de plus de 15 ans. En termes de conséquences sur la santé, c’est 41 000 décès chaque année dont les trois quarts chez les hommes et le quart chez les femmes. Les statistiques de l’alcoolisme France ne sont donc pas au vert et il importe que des mesures soient prises aux plans individuel et collectif pour endiguer le phénomène (en savoir plus sur Astuce-santé).

Quelles stratégies pour faire baisser les statistiques de l’alcoolisme en France ?

Le taux de morbi-mortalité associée à la consommation d’alcool en France est inquiétant. Il s’agit d’un enjeu de santé publique face auquel il faut agir à divers niveaux. Par exemple, c’est l’occasion de réduire la consommation individuelle, de sensibiliser, ou de mener des actions de repérage précoce.

Ramener les chiffres moyens à maximum 2 verres par jour

Il s’agit de réduire les statistiques de l’alcoolisme France en agissant sur les repères et rythmes de consommation. Il y a quelques années, une étude publique a permis de conclure par exemple qu’en se limitant à un maximum de 2 verres par jour, les français pourront faire le choix éclairé d’une consommation à moindre risque pour leur santé.

Bien entendu, dès le premier verre, il existe déjà plusieurs risques pour la santé. Mais ce qui est important ici est de commencer déjà à inciter les uns et les autres à réduire leur amour pour le surplus de verre ; c’est-à-dire à réduire les consommations ponctuelles trop importantes. Pour revoir à la baisse les statistiques de l’alcoolisme France, maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours, c’est déjà un bon début !

Mener des actions spécifiques auprès de différents publics

Les actions à mener chez les femmes enceintes ne sont pas les mêmes que chez les jeunes ou les personnes âgées. Pendant la grossesse par exemple, des actions de sensibilisation peuvent être initiées de manière beaucoup plus fréquente que le « zéro alcool pendant la grossesse ».

Chez les jeunes, il devra surtout s’agir de leur faire toucher de doigt les conséquences de l’alcool sur la santé et sur la réalisation de leurs projets. Bref, agir sur les statistiques de l’alcoolisme France par la sensibilisation dépend du public en face. Et il faut vraiment des experts en réduction ou en contrôle des addictions pour développer les solutions appropriées.

Mettre en place dans les organisations un repérage précoce

Les entreprises ou les organisations en général doivent mettre en place ce que les experts appellent le RPIB (repérage précoce et intervention brève). Cette technique permet d’identifier rapidement chez une personne un comportement de consommation de substances psychoactives telles que l’alcool et à engager des actions visant à réduire ses consommations. Cette technique a fait ses preuves à plusieurs reprises et peut vraiment aider à réduire les statistiques de l’alcoolisme France.

Prescrire le cannabis comme un médicament sans violer la loi : est-ce possible ?
Nouvelles approches d’apaisement de l’alcoolisme dans les maisons de retraite

Plan du site