Comment éviter la dépendance aux pulvérisateurs nasaux ?

Les sprays nasaux aident à respirer profondément lorsque le nez est bouché et permettent ainsi de soulager rapidement les rhinites aiguës. Mais si elle est utilisée régulièrement pendant trop longtemps, il existe un risque d’accoutumance au spray nasal. La muqueuse nasale s’habitue au principe actif et le spray doit être utilisé plus souvent pour obtenir l’effet souhaité. Ce cercle vicieux endommage la muqueuse nasale à long terme et peut entraîner des saignements de nez et, dans des cas extrêmes, ce qu’on appelle un nez puant. Découvrez comment reconnaître une dépendance au spray nasal et ce que vous pouvez faire contre elle ?

Pourquoi les sprays nasaux créent une dépendance ?

Les sprays nasaux décongestionnants contiennent généralement les principes actifs xylométazoline ou oxymétazoline. Ceux-ci se lient aux récepteurs des vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale et provoquent une vasoconstriction. Cela provoque un gonflement de la muqueuse nasale et le nez est à nouveau libre. Cependant, l’utilisation prolongée d’un spray nasal entraîne un développement de la tolérance : davantage de récepteurs sont formés, qui deviennent également moins sensibles à la substance active. En conséquence, l’effet diminue plus rapidement. Dans certaines circonstances, la muqueuse nasale peut même gonfler davantage lorsque l’effet diminue c’est ce qu’on appelle alors le phénomène de rebond.

Symptômes de la dépendance au spray nasal

La dépendance à l’égard des pulvérisateurs nasaux se manifeste par une application de plus en plus fréquente et de plus en plus infructueuse du spray. Cela s’accompagne d’un nez chroniquement congestionné. Dans les cas extrêmes, le phénomène de rebond peut même provoquer une anxiété de suffocation. En raison de l’effet décroissant, les personnes concernées utilisent plus fréquemment le spray nasal ou passent à un dosage plus élevé.

Nez sec en conséquence

En raison de l’utilisation excessive du spray nasal, la muqueuse nasale s’assèche. Elle peut se fissurer et être sujette aux aboiements. Cela peut facilement entraîner des saignements de nez. En outre, la muqueuse nasale n’est pas suffisamment alimentée en sang par les vaisseaux sanguins constamment rétrécis, ce qui perturbe sa fonction de défense naturelle. Cela entraîne une sensibilité accrue aux infections des voies respiratoires.

Nez malodorant par les bactéries

Dans les cas graves, une dépendance au spray nasal peut entraîner une dégradation de la muqueuse nasale. Cela entraîne le retrait de la muqueuse, y compris des vaisseaux et des glandes, ce qui signifie que l’air que nous respirons ne peut pas être suffisamment humidifié. Il en résulte un élargissement des fosses nasales, dans lesquelles des écorces et des croûtes peuvent se former en raison de la sécheresse. C’est un terrain de reproduction idéal pour des bactéries comme Klebsiella ozaenae. Si cette souche de bactérie attaque la muqueuse nasale, une odeur sucrée-sapide se forme. Comme les fibres du nerf olfactif sont également endommagées au cours du processus, les proches du patient sont généralement les premiers à remarquer l’odeur.

Combattre la dépendance aux pulvérisateurs nasaux

Pour de nombreuses personnes concernées, il est difficile de s’habituer à l’utilisation excessive de spray nasal. En effet, pendant le processus de sevrage, les gens doivent généralement supporter plusieurs jours avec un nez bouché. Mais il existe un certain nombre d’options qui peuvent faciliter le retrait et réduire le risque de rechute :

Sevrage d’une narine :

Au début, une seule narine doit être sevrée. Lorsque celle-ci s’est rétablie après quelques jours et peut respirer librement sans spray nasal, c’est le tour de l’autre partie.

Spray à la cortisone :

Demandez à votre médecin de vous prescrire un spray nasal contenant de la cortisone. La cortisone a un effet anti-inflammatoire et réduit le gonflement de la muqueuse nasale irritée.

Réduction de la dose :

Passer à un spray nasal pour les enfants ou les nourrissons sans augmenter le nombre d’applications par jour. Il contient une proportion plus faible de principes actifs et peut donc contribuer au sevrage. Plus tard, vous pouvez diluer le spray nasal des enfants avec une solution saline jusqu’à ce que vous puissiez vous débrouiller avec un spray d’eau de mer pure.

Humidification du nez :

Les sprays nasaux à base d’eau de mer et les pommades nasales contenant le principe actif dexpanthénol humidifient le nez et contribuent à la régénération de la muqueuse.

Comprimés contenant de la pseudoéphédrine :

Dans certaines circonstances, les comprimés contenant de la pseudoéphédrine peuvent être utiles dans le traitement d’une dépendance au spray nasal. La pseudoéphédrine a également un effet décongestionnant, mais elle n’a pas d’effet direct sur la muqueuse et ne l’assèche donc pas. Cependant, vous ne devez pas prendre ces médicaments sans consulter votre médecin. Il est également important de trouver la cause de la dépendance au spray nasal et de la traiter. Par exemple, dans de nombreux cas, il existe une allergie non reconnue auparavant qui provoque une congestion nasale chronique.

Éviter la dépendance : 6 conseils

Il n’est pas logique d’éviter complètement le spray nasal de peur de devenir dépendant. Car quand on a un rhume, le corps a besoin de suffisamment de sommeil pour se remettre. Par conséquent, si vous souffrez d’un rhume aigu, vous pouvez certainement utiliser un spray nasal pour vous dégager le nez pendant un court moment. Cependant, il y a quelques points à prendre en compte lorsque vous l’utilisez pour éviter une dépendance au spray nasal :

– N’utilisez pas de vaporisateurs nasaux décongestionnants pendant plus de sept jours et au maximum deux à trois fois par jour. Si les symptômes du rhume ne s’améliorent pas après une semaine, vous devez consulter un médecin.

– Les vaporisateurs nasaux pour enfants sont généralement à plus faible dose. Utilisez la dose la plus faible possible.

– Le rinçage nasal à l’eau de mer permet de libérer le nez sans l’assécher.

– Les sprays nasaux à base d’eau de mer peuvent être utilisés sans hésitation plusieurs fois par jour sur une longue période. Ils humidifient le nez et luttent contre la déshydratation.

– La muqueuse nasale gonfle davantage en position assise ou couchée. Parfois, il est déjà utile de se lever et de faire quelques pas pour dégager un nez bouché.

– L’air sec chauffé favorise le gonflement de la muqueuse nasale. Une promenade au grand air peut faire des merveilles pour un nez bouché.

Acheteurs compulsifs : 5 astuces pour contrôler vos achats
Le traitement hospitalier de la dépendance à l’internet requiert plus de recherches et de moyens.