Rapport sur les cas des crise cardiaques

La corrélation et la causalité apparaissent souvent en public comme des jumeaux identiques : Si vous ne les connaissez pas, ils se mélangent. Il est assez facile de les distinguer par leur comportement.

La corrélation

La corrélation ne signifie rien d’autre que “interrelation”, c’est-à-dire qu’elle décrit une relation entre deux ou plusieurs caractéristiques, événements ou états. Cependant, une corrélation ne décrit jamais la cause. Par exemple, il ne faut pas conclure d’une forte consommation de mazout en hiver qu’une consommation accrue de mazout entraîne un paysage enneigé. Seule une troisième variable permet de déterminer la cause et donc d’établir une “relation causale” : Dans l’exemple du fioul domestique, il s’agit de la température qui baisse, ce qui favorise les chutes de neige et conduit en même temps les gens à chauffer leur maison.

Entre-temps, le “citoyen allemand éclairé moyen” s’est habitué au fait que les politiciens et la presse établissent soudainement des causalités adultes à partir de corrélations apparemment innocentes.

Rapport sur les cas de crises cardiaques

Un autre bon exemple est la nouvelle selon laquelle, depuis l’introduction des lois de protection des non-fumeurs, le nombre de crises cardiaques a chuté de façon spectaculaire. A titre d’exemple, voici un rapport du début de l’année 2012 :

La raison de ce rapport est une étude commandée par le DAK, dans laquelle les auteurs de l’étude ont examiné les coûts et la fréquence des crises cardiaques et le stade préliminaire “oppression thoracique/douleur cardiaque” (angine de poitrine) et les ont considérés en relation avec l’introduction des lois pour la protection des non-fumeurs.

À cette fin, ils ont pris les données d’assurance des personnes âgées d’au moins 30 ans et qui ont été assurées de manière continue entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2008. Ces données ont été utilisées pour déterminer combien de ces personnes étaient hospitalisées en moyenne par mois pour une crise cardiaque et/ou une angine de poitrine. Ensuite, un “point dans le temps X” a été sélectionné et les données avant et après ce point dans le temps ont été comparées. Le “point dans le temps X” n’était autre que l’introduction de la loi fédérale sur la protection des non-fumeurs à la mi-2007.

De cette comparaison, le lien avec le fait qu’il y avait eu beaucoup moins de crises cardiaques depuis que l’introduction des interdictions de fumer a été établie.

Cependant, l’étude et, en fin de compte, les médias cachent quelque chose d’important lorsqu’on compare les chiffres avant/après : tant le nombre absolu de décès dus à une crise cardiaque que la fréquence relative sont en baisse constante en Allemagne depuis un certain temps !

Ces chiffres en baisse figurent dans le “Rapport 2010 sur le cœur” et le “Rapport 2012 sur la santé de la DAK” :

Alors que les auteurs de l'”étude DAK” affirment que les chiffres positifs en baisse qu’ils citent sont plus faibles que dans des études comparables, l’étude se déplace ainsi dans le domaine du “jeu des beaux chiffres” – est-ce la façon dont les médias construisent le titre susmentionné, qui est ensuite également distribué à l’échelle nationale ?

Mais l’Allemagne n’est pas la seule à avoir appris la baisse miraculeuse du nombre de crises cardiaques depuis l’introduction de lois antitabac. Ce jeu de chiffres a également été présenté au public ailleurs.

Trop scientifique ? Ensuite, le lecteur intéressé devrait jeter un coup d’œil au graphique suivant, qui a été généré à partir des données de l’étude anglaise de 2010. Voyez-vous la baisse brutale des taux de crise cardiaque après l’interdiction de fumer de 2007 ? Le tout n’est donc pas une invention allemande ? d’autres ont eu l’idée bien plus tôt. Mais là aussi, avec les mêmes faiblesses frappantes dans la construction des chiffres. Et “là” aussi, ces jeux de chiffres ont été fortement critiqués. À quel genre de titre s’attendrions-nous si les auteurs de l’étude avaient pris le 10 septembre 2006, date de la mort du dictateur chilien Augusto José Ramón Pinochet, comme date X ? Entre-temps, ces “miracles de crise cardiaque” ont été soumis à un examen de bonne réputation : Selon P. Bâle et ses collègues, il n’y a pas de corrélation entre la baisse du taux de crises cardiaques et l’introduction de lois de protection des non-fumeurs.