Somnifères : prise et effets secondaires

Les somnifères (hypnotiques) appartiennent au groupe des psychotropes. Ils travaillent dans le cerveau et assurent un meilleur sommeil en ajustant certains circuits de contrôle. Cependant, la prise de somnifères est souvent associée à des effets secondaires. C’est pourquoi les médicaments forts ne sont disponibles que sur ordonnance. Les somnifères à base de plantes comme la valériane, par exemple, sont disponibles sans ordonnance. En général, les somnifères, qu’ils soient synthétiques ou à base de plantes, ne doivent être pris qu’en cas  de nécessité absolue.

Les somnifères aident à lutter contre les troubles du sommeil

Les somnifères sont des substances qui favorisent le sommeil et sont donc utilisés pour traiter les troubles du sommeil. Les moyens modernes ne font qu’initier le sommeil et ne le forcent plus. Les somnifères peuvent être produits de manière synthétique ou à base de plantes. Si ces dernières sont disponibles sans ordonnance, les drogues synthétiques, surtout si elles sont plus fortes, nécessitent généralement une ordonnance.

Les somnifères sont disponibles sous différentes formes de dosage, notamment des gélules, des comprimés et du jus. Selon qu’il s’agit de problèmes d’endormissement ou de sommeil, des médicaments de durée d’action différente sont utilisés. Par voie intraveineuse, les somnifères ne sont généralement utilisés qu’avant certains examens tels qu’une coloscopie ou pour provoquer une anesthésie.

Grand choix de somnifères

Les somnifères synthétiques ne constituent pas un groupe de principes actifs strictement délimité, mais peuvent être divisés en différents groupes. En plus des substances mentionnées ci-dessus, il existe un certain nombre d’autres somnifères. Les substances d’origine organique sont l’acide aminé tryptophane, l’hormone mélatonine et le dérivé de la mélatonine ramelteon. D’autres somnifères synthétiques, qui étaient autrefois plus fréquemment utilisés, soit ne sont plus du tout utilisés aujourd’hui en raison de leurs effets secondaires, soit ne sont utilisés que dans des cas particulièrement graves.

Voici un aperçu des principaux groupes de somnifères synthétiques.

1. Benzodiazépines : utilisation pour une courte période seulement

Les benzodiazépines sont parmi les somnifères les plus utilisés. Ils ont un effet antispasmodique, anxiolytique et somnifère. Ils ne peuvent être utilisés que pendant une courte période pour traiter les troubles du sommeil, car ils peuvent créer une dépendance s’ils sont pris pendant une période plus longue.

2. Agonistes non benzodiazépines : risque de dépendance plus faible

Les agonistes non-benzodiazépines sont également largement utilisées pour traiter les troubles du sommeil. Bien qu’ils aient une structure différente de celle des benzodiazépines, ils attaquent les mêmes récepteurs. Par rapport aux benzodiazépines, elles présentent l’avantage d’avoir un potentiel de dépendance plus faible.

3. Les barbituriques : somnifères puissants pouvant causer la mort

De nos jours, les barbituriques ne sont utilisés comme somnifères que si les symptômes ne peuvent être soulagés par d’autres somnifères. En effet, ils ont des effets secondaires désagréables et peuvent également entraîner la mort en cas d’overdose.

4. Antidépresseurs : somnifères pour la dépression

Les antidépresseurs aident non seulement à lutter contre la dépression, mais aussi contre les troubles du sommeil. L’amitriptyline, la doxépine et la trimipramine, en particulier, ont un effet calmant et atténuant et donc un effet somnifère. Les antidépresseurs sont surtout utilisés pour les troubles du sommeil causés par la dépression. Ils sont également utilisés lorsqu’une humeur anxieuse-dépressive se développe à la suite de troubles du sommeil.

5. Les neuroleptiques : efficaces pour les troubles mentaux

Les neuroleptiques ne sont pas non plus des somnifères classiques, mais sont utilisés pour traiter les troubles mentaux. Cependant, ils peuvent également aider à lutter contre les troubles du sommeil grâce à leur effet calmant et amortissant. Ils sont particulièrement utilisés pour les troubles du sommeil causés par la psychose.

6. Les antihistaminiques de première génération sous forme de somnifères

Les antihistaminiques de première génération ne soulagent pas seulement les symptômes allergiques, mais ont également un effet sédatif. Certains principes actifs tels que la doxylamine, la méclizine et la prométhazine sont donc également utilisés comme somnifères.

Les effets secondaires des somnifères

En raison des effets secondaires possibles, les somnifères ne doivent être pris qu’en cas d’absolue nécessité. L’apparition d’effets secondaires graves et leur fréquence dépendent toujours du médicament. Dans le cas des remèdes qui ne se dégradent que lentement en raison de leur longue durée d’action, la fatigue, l’épuisement, les vertiges et une capacité de réaction limitée peuvent survenir le lendemain (effet de gueule de bois).

Certains somnifères, tels que les benzodiazépines, créent une dépendance relative. Ils ne doivent donc être pris que pendant une courte période et sous contrôle médical. Si un traitement à long terme est nécessaire, d’autres somnifères sont souvent prescrits. Ces médicaments présentent généralement un risque de dépendance moindre, mais ont souvent plus d’effets secondaires. Si vous avez pris des somnifères pendant une longue période, vous ne devez pas arrêter de les prendre pendant la nuit. Il est préférable de réduire la dose lentement, étape par étape, pour éviter les symptômes de sevrage désagréables (effet de rebond).

Nuits blanches à cause des somnifères

De nos jours, les somnifères sont de plus en plus souvent utilisés pour traiter les troubles du sommeil. Bien que les médicaments permettent aux personnes concernées de mieux dormir à court terme, à long terme, de nombreux médicaments détruisent la structure du sommeil. Par exemple, certains médicaments tels que les benzodiazépines suppriment les phases particulièrement reposantes du sommeil profond. Cela réduit considérablement la qualité du sommeil.

En raison de l’influence des médicaments sur la structure du sommeil, les personnes concernées peuvent parfois dormir encore plus mal qu’avant après avoir arrêté les somnifères. Souvent, ils ont alors besoin d’un nouveau traitement, ce qui crée un cercle vicieux. C’est pourquoi les somnifères ne doivent être pris qu’en dernier recours.

Rien pour les malades du foie et les femmes enceintes

Les femmes enceintes et les mères qui allaitent ne doivent pas prendre de somnifères. Les patients souffrant d’une maladie du foie doivent toujours en parler à leur médecin avant de les prendre afin d’éviter d’autres dommages au foie. Pour les personnes qui ont déjà eu un problème de dépendance, seules les drogues présentant un faible risque de dépendance peuvent être prises en considération. Avant de prendre un somnifère, assurez-vous de vérifier s’il y a des interactions possibles avec d’autres médicaments. Des interactions peuvent se produire avec l’alcool, entre autres, ainsi qu’avec des drogues qui ont également un effet atténuant central.

Somnifères à base de plantes

Les somnifères à base de plantes ont l’avantage de n’avoir aucun effet secondaire ou seulement de légers effets. Toutefois, leur effet favorisant le sommeil et leur durée d’action sont également moindres. C’est pourquoi, ils ne sont généralement utilisés que pour traiter les troubles du sommeil, mais pas ceux causés par l’insomnie. Vous n’avez pas besoin d’une ordonnance pour les somnifères à base de plantes, mais vous pouvez les obtenir en vente libre dans les pharmacies et les drogueries. En général, vous devrez prendre les remèdes pendant quelques jours à quelques semaines avant que l’effet ne se fasse sentir.

5 remèdes maison pour les troubles du sommeil

Si vous souffrez d’insomnie, vous ne devez pas toujours prendre des somnifères tout de suite. Souvent, les plaintes peuvent être bien traitées avec des remèdes maison :

  • Assurez-vous que vous êtes suffisamment détendu avant de vous coucher. Écoutez de la musique douce, lisez un livre ou faites des exercices de relaxation.
  • Aérez bien avant de vous coucher. L’air frais est meilleur pour le sommeil que l’air chaud et étouffant. Il peut également être utile de laisser une fenêtre inclinée pendant la nuit.
  • L’exercice est sain, mais pas juste avant le coucher. Cela vous fait vous sentir mieux et vous empêche de vous endormir.
  • Buvez un lait chaud avec du miel avant d’aller vous coucher. Évitez les boissons caféinées et l’alcool.
  • Prenez un bain chaud avant d’aller dormir. Ne vous baignez pas pendant plus de 20 minutes à une température de 35 à 38 degrés. Le houblon ou la mélisse sont de bons additifs pour le bain, car ils vous donnent sommeil.

Grâce à ces conseils, vous pourrez peut-être maîtriser vos troubles du sommeil sans avoir recours aux somnifères.

Acheteurs compulsifs : 5 astuces pour contrôler vos achats
Comment éviter la dépendance aux pulvérisateurs nasaux ?